• mercredi 29 mia - 20h30


    votre commentaire
  • vendredi 17 mai, au hangar


    votre commentaire
  • 12 avril : l'Imprimerie 34 a 40 ans !


    votre commentaire
  •  

    novembre 2012- anarphabète


    votre commentaire
  •  

     

    Prochainement

     

    En prison, les enfants ! 

    Aujourd'hui près de chez nous, on enferme des enfants de 13 ans dans des prisons, et comme si cela ne suffisait pas, le précédent gouvernement voulait leur faire découvrir les joies de la prison dès 12 ans !
    De vrais prisons avec des vrais quartiers disciplinaires, et des vrais suicides...

    Comment en est-on arrivé là?

    Tout avait pourtant à peu près bien commencé : Dans l'après-guerre, sous l'impulsion du Conseil national de la résistance, on a acté dans la loi, par l'Ordonnance du 2 février 45, que les enfants étaient des citoyens en devenir, et qu'ils devaient être accompagnés de façon différenciée par rapport aux adultes délinquants. Les principes fondateurs de cette législation étaient : 

    => La création de juridictions spécialisées. (structuration des tribunaux pour enfants, amorcée dès 1912. Apparition de la notion de protection de l'enfance en danger : le mineur justiciable est aussi considéré comme devant être protégé.)

    => L'excuse de minorité (Un enfant n'étant pas jugé complètement responsable de ses actes ne peut- être jugé comme un adulte, les peines doivent être adaptées)

    => Primauté de l'éducatif sur le répressif (un enfant n'est jamais irrécupérable, et ne doit pas être enfermé dans la récidive par une sanction aveugle, on doit toujours penser à ce qui est le mieux pour lui).

    Ces principes sont attaqués de façon de plus en plus dure depuis une quinzaine d'année (en moyenne quasiment une réforme par an). Un discours nauséabond voudrait nous faire croire que les jeunes sont un fléau quasiment irrécupérable : " Dormez tranquille braves gens, et ne réfléchissez pas, on le fait pour vous, on va enfermer ces sauvageons ultra-violents qui ne sont plus des enfants..."

    La jeunesse, jadis un précieux trésor, est le bouc émissaire d'une société en perte de repères.

    Est-ce que cela va s'arranger avec un nouveau gouvernement ?

    Va-t-on rétablir l'excuse de minorité aux mineurs de moins de 18 ans?
    Va-t-on revenir sur les peines plancher pour les mineurs ? (comme pour les adultes, après récidive, la peine de prison devient la règle)
    Va-t-on avoir le courage de replacer les valeurs éducatives et humanistes comme priorité face au tout répressif ?
    Va-t-on fermer les prisons et penser à vivre avec notre jeunesse ?

    ...ou bien va-t-on continuer mollement ce retour au 19ème siècle, en construisant des bagnes pour enfants, pour les intégrer par la fameuse "valeur travail"?

    Les avancées sociales ne s'obtiennent pas dans la passivité, levons-nous à nouveau.



    1 commentaire